Lundi dernier, le monde s’est retrouvé saisi d’effroi alors qu’il assistait impuissant aux images dramatiques de l’incendie déchaîné et ravageur de Notre-Dame. Lorsque est tombée la flèche gothique, ce symbole de Paris, de la France, de l’Europe, et du monde entier, un sentiment collectif de tristesse et de stupéfaction a envahi les citoyens du monde. Alors qu’une partie de l’histoire française et européenne partait en flamme, une clameur unanime s’est élevée pour préserver et reconstruire un patrimoine qui appartient aujourd’hui à l’humanité toute entière.

Telles sont les réflexions que nous pouvons tirer de ce drame accidentel. Et tandis que les pompiers parisiens luttaient contre le feu dévastateur à l’intérieur de la cathédrale, un élan de solidarité affective et spirituelle gagnait les quatre coins du monde.

La première pensée va à la communauté catholique, profondément touchée par ce que représente Notre-Dame, particulièrement en pleine Semaine sainte. Cependant, la religion catholique, chrétienne, s’est très vite retrouvée soutenue par l’ensemble des autres croyances et religions.

Bien que la religion ait été une dimension centrale de ces heures d’incertitude au cours desquelles beaucoup priaient pour le salut de Notre-Dame, le soutien et la solidarité des croyants comme des non-croyants était total.

Cela rappelle Victor Hugo qui, avec son magnifique roman « Notre-Dame de Paris », a sorti la cathédrale de l’indifférence dont faisaient preuve les autorités et le peuple français au cours du XIXe siècle.

Aujourd’hui ce feu ravageur nous envoie un message fort. Il existe en effet une conscience qui ne connaît aucune frontière et qui sait faire face aux catastrophes humaines et naturelles. Alors que le monde était profondément bouleversé par la barbarie de l’attaque terroriste de Christchurch, les gens se sont mobilisés pour éviter que ce genre d’horreur ne se reproduise dans d’autres lieux de culte. Aujourd’hui la communauté internationale salue la capacité du peuple et du gouvernement français à se mobiliser et à proposer des solutions pour prévenir ce type d’accidents.

L’UNESCO a immédiatement réagi et a généreusement offert de coordonner, aux côtés des autorités françaises, les efforts de reconstruction et de protection du patrimoine historique et religieux.

Nous constatons qu’il existe un consensus global en faveur de la protection des lieux de cultes. De ce fait, nous n’avons aucun doute qu’une telle unanimité se manifeste pour protéger et garantir la sécurité et la sérénité de tout croyant qui souhaite exercer ce droit inaliénable qu’est le droit de pratiquer sa religion librement et en paix. Tel est le mandat dont m’a investi le secrétaire général des Nations unies en ma qualité de haut représentant des Nations unies pour l’Alliance des Civilisations, en vue d’élaborer un Plan d’Action global pour garantir ce droit de culte.

Au vu de la récurrence des attaques terroristes à l’encontre de différents lieux de cultes et de leur communauté religieuse, il semble indéniable que le terrorisme ne connait ni religion, ni frontière. Les attaques terroristes coordonnées perpétrées au Sri Lanka à l’encontre de fidèles chrétiens en pleine messe pascale ne laissent aucun doute sur le fait qu’aujourd’hui plus que jamais, un tel plan d’action est nécessaire. Je compte sur le soutien de la communauté internationale, des dirigeants religieux et de tous les acteurs concernés pour mener à bien cette mission vitale.

Nous avons pu à nouveau constater que la communauté internationale ne s’émeut pas uniquement des succès scientifiques, économiques, politiques, environnementaux, culturel ou sportifs, mais également du respect pour les différentes cultures et religions.

L’appartenance à une culture, une civilisation, une religion ne doit ni diviser ni antagoniser l’humanité. Aujourd’hui, la compréhension et la reconnaissance des souffrances d’autrui démontrent clairement qu’un potentiel humain existe en chacune de nos cultures et de nos civilisations. Si son expression s’est manifestée à la lumière du feu de Notre-Dame, pourquoi ce potentiel ne peut-il pas s’exprimer chaque jour, à la lumière d’un jour nouveau plus respectueux et solidaire entre les différentes cultures, religions et civilisations de notre précieuse humanité.

* * *

Miguel Ángel Moratinos est le Haut Représentant pour l’Alliance des civilisations des Nations unies, une initiative spéciale du Secrétaire général de l’ONU visant à améliorer la compréhension et la coopération entre les nations et les peuples de cultures et de religions diverses, ainsi qu’à prévenir et lutter contre les forces qui alimentent la polarisation et l’extrémisme. @MiguelMoratinos

RSS
Follow by Email
Instagram